Samedi... Seule avec mes trois enfants et mon chien, je me dis comme ça "et si nous allions nous promener tous ensemble (ce qui signifie "chien compris", je souligne et vous allez comprendre pourquoi!!) ? Alors, je mets mon plus bel enthousiasme dans ma voix et lance à mes enfants le "et si nous allions nous promener" d'un ton, comment vous dire, qui incite fortement plus qu'il ne suggère... Déjà défilait devant mes yeux rêveurs la large plaine d'un lieu que j'aime... Je sentais les libertés, la douceur, le souffle doux qui fait chanter les longues tiges séchées quand il joue à se faufiler entre elles... J'imaginais la douceur du temps en famille, la main de mes enfants dans la mienne, le chien gambadant joyeusement la truffe au vent... Oui, bon, là c'est vrai que j'ai quand même dû balayer un souvenir de notre dernière promenade avec le même chien dans le même endroit qui s'était terminée dans son bonheur non dissimulé à se rouler dans une crotte de renard!! Je veux bien qu'un chien ne réfléchisse qu'avec son instinct, mais il y a des limites quand même! Le trajet du retour en voiture avait été...éprouvant. Plus jamais, avais-je dû dire, plus jamais je n'emmènerai ce chien là-bas!

Donc, oui, il y a eu le fugace souvenir de ce triste épisode qui est venu se planter devant mon paysage idyllique au moment d'annoncer la destination à ma chère marmaille. Seulement voilà, du même coup, au moment du mot "promenade" à peine prononcé, mon aîné a fait une moue qui n'allait pas du tout avec les couleurs du tableau paisible que je m'étais dessiné... Mais quand j'ai quelque chose dans la tête (quoi, j'en vois qui sourient..?)! Bref, j'ai pris à la louche les soupes à la grimace et les ai mises en boîte par une tape enthousiaste dans le dos de mon gars! 

C'est là que je leur ai lancé "et on prend le chien!". Il faut comprendre qu'emmener le chien quand on prend la voiture, j'aime pas trop... la moquette noire qui en tapisse l'intérieur s'en souvient longtemps... mais ça a fait mouche, et le sourire s'est dessiné sur les trois visages. C'était gagné! Enfin... au moins pour le départ... parce qu'une fois arrivés, j'avais déjà perdu un de leur sourire en route!! Mais où avait-il donc passé? Était-ce dans un bâillement d'une nuit précédente trop courte? Dans le fait que je me parquais ailleurs pour leur faire découvrir un nouvel endroit, que nous n'avons jamais trouvé parce que sur le plan ça disait qu'il y aurait des panneaux et qu'on les cherche toujours? Je ne sais pas... Mais je crois que la plus enthousiaste de tous à se balader, c'était encore notre chienne! Au moins elle... moi je m'efforçais de me souffler quelques bulles de douceurs en accrochant mon regard au teintes de ce lieu que j'aime. J'avais déjà perdu mon chapeau de Caroline Ingalls et sa jupe au vent... juste mon sac à dos, la longe de mon chien et mes enfants qui avançaient malgré eux autour de moi!

Et puis... mon cher cadet s'est mis à lancer des bâtons dans la rivière et la chienne à aller les chercher, heureuse, et à s'ébrouer juste devant nous...heureuse! On a décidé d'en rire et la bonne humeur est revenue petit à petit. Il était temps de rejoindre la voiture par le chemin improbable que nous avions pris à l'aller, juste à côté d'un petit cours d'eau un peu stagnant. 

Tout s'était bien passé finalement et je lustrais en moi la petite fierté d'y être allée quand même et de voir mes enfants sourire, d'avoir offert le grand air à notre fidèle bête à poils... jusqu'au moment précis où (ben oui, ce serait pas intéressant sinon!), jusqu'au moment où mon cher cadet n'a rien trouvé de mieux à faire que de lancer une pive dans le petit cours d'eau nauséabond et opaque qui longeait le chemin et que notre chienne n'a rien vu d'autre que "la balle, la baballe" et a sauté dans le gluantissime et peu ragoûtant ruisseau pour aller chercher la pive!! Elle n'a rien ramené bien sûr, ben non, dans un coulis de noirceur un peu brillant sur le dessus dans lequel on se demande où est passée l'eau, il n'y a pas besoin d'être très futé pour se dire que c'est inutile d'y aller et de chercher, on ne trouvera rien! Oui, mais ça c'est sans compter l'instinct-plaisir de notre "bête" à quatre pattes qui ne voit parfois vraiment pas plus loin que le bout de sa truffe!! Parce qu'elle, elle a sauté allègrement, sans que nous ne puissions rien faire... Impuissants devant le spectacle désolant de cette chienne noire et dégoûtante que nous avons dû aider à ressortir de sa mé...lasse (pour rester poli!). Là, l'animal s'est mis à se gratter, à pleurer, à gémir... Nous l'avons traînée dans les eaux claires de la large et paisible rivière un peu plus loin, mais rien n'y faisait, elle restait désespérément dégoulinante de crasse et elle continuait de se tortiller en gémissant. Nous avons donc filé acheter shampoings canins et antiseptique, alors que dans la voiture les gémissements de mes chers enfants faisaient les chœurs de celui de la chienne "elle va mourir tu crois maman? Va plus vite maman! Elle pleure, elle a mal, mamaaaan!". Oui, ben "maman" juste là, vous voyez, elle voudrait bien repasser le film à l'envers et se demande pourquoi on a emmené le chien!!

 Bref, arrivés à la maison, il a fallu procéder au bain!! Avez-vous déjà essayé de mettre un chien gluant dans une baignoire pour lui faire un shampoing alors qu'il n'en a pas du tout, mais alors pas du tout envie?? J'ai testé pour vous, avec mon fils aîné et c'est presque mission impossible! J'ai donc balancé mon panier d'osier façon "petite maison dans la prairie" et je t'ai empoigné ce chien avec toute la délicatesse d'un joueur de catch, mais sans les muscles qui vont avec... et nous avons shampouiné tant bien que mal, remis le chien de plus en plus glissant à plusieurs reprises dans la baignoire alors qu'il tentait de s'échapper, tout en essayant de ne pas glisser nous-mêmes dans le fond de la salle de bain désormais redécorée en pataugeoire dans laquelle nous dégoulinions des pieds à la tête!! Je disais à mon chien "mais tu es bête ou quoi? Tu ne comprends pas que c'est pour ton bien qu'on te lave, que c'est comme ça que tout ce gluant partira et que ça te grattera plus? J'espère que tu réfléchiras la prochaine fois! (Je me dois d'ouvrir une parenthèse... oui, je sais, c'est un chien, les chiens agissent comme des chiens, et rien de ma théorie n'aura servi à quoi que ce soit! Mais bon...). Là, on a piqué un fou rire avec mon fils et la mission devenait encore plus impossible!

Finalement le fauve lavé, vaguement séché, j'épongeais la pataugeoire en rêvassant... je me repassais la théorie faite à mon chien... n'était-elle pas un peu valable pour moi aussi... est-ce que je vois toujours l'eau nauséabonde dans laquelle je plonge poussée par mon instinct-plaisir? Est-ce que quand je pleure de regret ensuite, je me laisse docilement laver par Celui qui seul le peut? Est-ce que je ne sors pas moi aussi de son eau, en résistant, tellement c'est difficile parfois de comprendre que c'est bon pour moi? Est-ce que... D'autres questions, situations personnelles sont alors venues interpeller mon coeur et le picoter, le démanger... 

Vous me croirez ou pas, mais ma chienne, à peine reluisante et brossée, est sortie dans le jardin... La première chose qu'elle a faite, c'est se rouler un long moment dans l'herbe et la terre humide!! Ben oui... 

"Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie." Proverbe 4.23